Emploi / Formation

Le 17/01/2018
A la une

Transformation des CUI-CAE en "parcours emploi compétences" : consignes de Muriel Pénicaud

© PASCAL GUYOT / AFP

En parallèle de la remise du rapport Borello, une circulaire de la ministre du travail, Muriel Pénicaud, et de l'administration centrale (DGEFP), a été envoyée aux préfets de région pour détailler la nouvelle politique de gestion des contrats aidés et de l'IAE. Les 200 000 CUI-CAE programmés en 2018 devront être prescrits sur la base du nouveau "parcours emploi compétences".

Le 03/01/2018
A la une

Formations pour les chômeurs : les plus âgés ne sont pas ciblés

En 2015, plus de 684 000 entrées en formation ont été enregistrées pour les demandeurs d'emploi. Les régions ont commandé plus de la moitié des stages contre un bon tiers pour Pôle emploi. Les régions ont tendance à cibler davantage les jeunes et les personnes peu qualifiées. Les plus de 45 ans sont les grands oubliés des formations.

Le 11/12/2017
A la une

Stages : le volume d'heures de formation dispensé en présentiel est fixé

Un décret modifie le régime des stages et périodes de formation en milieu professionnel dans l’enseignement secondaire et supérieur. Parmi les points clefs, le texte fixe à 50 heures le volume minimal d’heures de formation dispensées en présence des étudiants.

Le 07/12/2017
A la une (brève)

Emploi d'avenir à La Réunion

Le 28/11/2017
A la une

En 2016, le nombre des contrats aidés a déjà (un peu) baissé

Selon une étude de la Dares, l'année 2016 a été marquée par une courte baisse des contrats uniques d'insertion et des emplois d'avenir. Cette tendance s'explique surtout par la chute des contrats aidés dans le secteur marchand et de la décrue des emplois d'avenir. Le ciblage sur les publics en difficulté s'est amélioré dans le secteur marchand.

Le 09/11/2017
A la une

Contrats aidés : le taux de prise en charge devrait baisser

Stock.adobe.com

La réduction du nombre de contrats aidés, acté dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2018, se couple à une baisse du taux de prise en charge moyen des CUI-CAE, lequel passerait de 72 % à 50 %. Une mesure que redoutent les professionnels, comme s'en fait l'écho l'Udes. Des amendements de maintien ont été déposés à l'Assemblée nationale, sans grande chance de succès.